Une action pédagogique pour un sol vivant ou « Apprendre le sol autrement »

Présentation du contexte de l’échange pédagogique

Au cours des échanges pédagogiques de cette session 2016 les étudiants de l’AgroCampus Ouest ont été mis en situation d’enseignement face aux étudiants en BTSA ACSE de l’EPLEFPA de la Baie du Mont Saint Michel. Le thème de l’étude porte sur des observations de terrain et mesures simples permettant de diagnostiquer la fertilité du sol de la parcelle de référence. L’objectif principal est de mettre en œuvre et de tester des méthodes de diagnostic de sol facilement transposables. Le principe est d’évaluer la qualité physico-chimique, et biologique du sol à un instant t et de suivre l’évolution des ses caractéristiques à partir d’indicateurs de référence. Le support pédagogique utilisé concerne essentiellement la couche arable de la parcelle dont une partie était implantée en couvert végétal de type « biomax » à trois espèces (radis, avoine, phacélie), et un sol nu pour l’autre dans l’attente de l’implantation d’un méteil. La parcelle avait simplement subi un déchaumage avec un outil à dent de type chisel, juste après la récolte du précédent (blé et triticale).

Organisation de la séquence pédagogique

La séquence pédagogique s’est déroulée sur trois jour du lundi 14 au mercredi 16 novembre 2016. Elle s’organisait en plusieurs situations pédagogiques :

La première journée fut consacrée à la présentation du programme et des objectifs pédagogiques. Le contexte de l’exploitation de l’EPLEFPA de la Baie du Mont-Saint-Michel et la mise en place du projet ayant été définis; la journée se poursuivit par la visite de la parcelle support de l’expérimentation, la mise en place du matériel (barnum, jalons, …) et le prélèvement d’échantillons.

Le matin du deuxième jour, les étudiants de l’AgroCampus Ouest ont testé et mis en place leur séances pédagogiques imaginées sous forme de TP et de TD.

L’après midi, les BTS 1ère année ont donc pu participer à un travail de terrain qui consistait à comprendre et estimer le sol grâce à plusieurs activités proposées, organisées en ateliers :

  • Appréciation de la biologie du sol par un dénombrement et une détermination des lombriciens
  • Estimation de la fraction soluble de l’azote dans les différents horizons du sol
  • Estimation de la densité apparente et de la variabilité de la profondeur du sol
  • Observation et diagnostic de la structure du sol et de sa variabilité spatiale par la méthode bêche
  • Estimation de la stabilité structurale du sol par un protocole de tamisage et d’humectation

La journée du mercredi, les étudiants de l’AgroCampus Ouest ont conçu et proposé, à destination des BTS 2ème année, un TD sur le thème du bilan humique en utilisant la méthode Hénin-Dupuis. L’objectif était de déterminer l’évolution du stock de carbone à long terme pour la parcelle étudiée la veille. L’idée est que selon le contexte agronomique et la rotation mise en place ce stock est sujet à variation.

En fin de séquence; un débriefing général à été proposé à tous les groupes impliqués : les étudiants d’AgroCampus Ouest d’une part et les étudiants en BTS ACSE de l’autre.

L’analyse humaine et pédagogique

Les retours de cette expérience ont été relativement unanimes : les étudiants ont considéré cet échange enrichissant, estimant que la relation d’étudiants à étudiants était très porteuse vis à vis du message pédagogique et particulièrement efficace. De plus, ce type d’interaction positive se fait sans aucun ressenti d’autorité ceci étant en grande partie dû au faible écart d’âge.

Ainsi les deux groupes d’étudiants ont profité de cette expérience : les uns dans la maîtrise de la communication et des concepts agro-écologiques étudiés, tandis que les autres bénéficiaient d’un apprentissage dynamique et plaisant et montraient une écoute particulièrement attentive et une implication certaine dans le projet.

Pour conclure, cette expérience agro-écologique et pédagogique nous a convaincu de l’intérêt de poursuivre une démarche qui prenait ici toute sa dimension. Elle nous conforte également dans l’idée qu’« enseigner à produire autrement » est indissociable d’ « enseigner autrement » à produire…autrement.